sortie ucs
statut monde
Etat des serveurs FR
Sirannon Sirannon

Journal de Ristaag

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

12082016

Message 

Journal de Ristaag




Bonjour, bonsoir, cela dépend de l'heure à laquelle vous lisez ceci !

  Je me présente, je suis Ristaag, jeune nain champion et chef des Gardiens de Gundabad.

  Cet article est consacré à l'histoire des membres de l'Union. Mais pour ma part, je vais vous faire découvrir l'histoire de Ristaag petit à petit. Ce sera le journal intime de Ristaag.
  Je vous propose chaque jour de découvrir le quotidien de Ristaag, et pour ceux qui vont me dire "J'aime pas les nains" *regarde en biais Solbra*. Je vous répondrai que le jeu en vaut la chandelle, croyez moi !

  J'en reviens à ce que je disais, oui donc, chaque jour vous pourrez découvrir la vie de Ristaag...selon son point de vue Wink Dans le contexte, Ristaag écrit son journal sous forme de lettre à des amis à lui (ne vous étonnez pas si "vous" est souvent employé)

  Je vous rassure, je ne veux pas publier un contenu choquant.

  Vous verrez, ce que vous lirez est tout à fait possible, mais rien est sûr par contre Wink

  Sur ceci, voici le premier "chapitre" :

(Edition d'août 2017 : Les premiers chapitres ou en tous cas ceux qui sont difficiles à lire, ont été modifié pour être plus facile à lire. Certains détails ont été apporté pour plus de précision ou de réalisme. Enjoy !)

  Jour 1 : 11/08 :


*Bois une choppe de bière*
 
Aujourd’hui je n’ai pas arrêté de venir et aller dans le Palais de Thorin. Que ce soit pour pêcher ou forger, pas une minute n’a été perdue !
J’ai même rencontré mon neveu récemment devenu aventurier.
 
*Bois une autre bière* (tiens elle est bonne cette bière)
 
Nehvnoraak comme il s’appelle. Je me demande si ses parents ont joué au mot le plus long et le plus compliqué ou si tout simplement ils aimaient beaucoup trop la bière. On ne le saura jamais !
 
*Bois une autre choppe*
 
Mais bon voilà il me demande de lui faire une armure à sa taille. Ah les jeunes d’aujourd’hui ! Il faut leur faire une armure alors que deux jours après ils vont en redemander une autre parce qu’elle est devenue trop petite.
De mon temps, oooon… Bon d’accord on faisait la même chose !
 
*Bois de la bière*
 
Mais ça n’empêche pas que ça m’a mis en retard. « En retard ? », « en retard de quoi ? ». Eh bien en retard de… oui c’est vrai tiens de quoi ? *HIP*
 
Ah *HIP* oui ! En retard pour mon rendez vous quotidien à l’auberge !
Mais v’la t’y pas *HIP* que je rentre dans l’auberge et je crie :
 
-          « Aubergiste ! De la bière jusqu’à savoir plus quoi en faire ! » *HIP*
 
Et l’autre là *HIP* y m’dit :
 
-          « Je te connais bien, toi, verse un peu l’or avant »
 
Alors *HIP* j’sors ma bourse et je cherche dedans.
 
*Deux grosses rasades de bière*
 
Après deux secondes à chercher, ou peut être trois, voire quatre, voire cinq…
Bon après avoir chercher, je ne trouve plus qu’une pièce de cuivre *HIP* à ce moment j’ai fait un énorme rôt sur une vieille dame qui passait, celle-ci a sorti sa poêle et m’a giflé avec, quelle male polie !
En tous cas, pour dire que j’étais bien surpris.
 
*Prend une choppe de la taille de son ventre, c’est pour dire*
 
Mais *HIP* alors, l’aubergiste m’annonce qu’il a décoré sa maison en utilisant toutes mes pièces pour en faire son sol ! Par la *HIP* de Durin !
J’ai tout dépensé hier, mon *HIP* or ! Mon or !! Mais le pire, le pire !!!
Je n’avais tout bu, plus aucune bière pour me consoler !!
 
*Après s’être calmé et avoir reprit de la bière, il recommença à écrire*
 
Mais alors, après on va’m’dire *hip* : « Comment ça se fait que tu bois maintenant alors que tu n’avais plus de bière ? »
Et bah ce n’est pas compliqué, je suis allé voir Jonar de la Confrérie de la Cervoise.
Normalement je l’évite, je suis membre de la Ligue des Tavernes. Et oui ! Mon père me racontait quand j’étais enfant, qu’un jour Bilbon Sacquet avait dit :
 
« Les Nains peuvent être têtus, bornés, difficiles, mais *Fait un rôt qui résonna dans toute sa maison*. Bon je disais quoi… « Mais… bref ils sont gentils et loyaux ».
 
Alors moi la Ligue des Tavernes me permet de boire gentiment.
Mais aujourd’hui je suis allé le voir, il m’a donné une mission. *HIP*
 
Et ensuite, je me suis retrouvé chez moi, sur le sol, un filet de bave au coin de la bouche et… une collection monstrueuse de bière !! Sachant que je-ne-me-souviens-plus de cette fin de journée… On va dire que c’est une donation d’un généreux doté d’une grande bonté *HIP*
 
Et alors il s’est passé un truc énorme à la fin ! Et mince j’ai plus d’enc


Dernière édition par Ristaag le Dim 13 Aoû - 17:43, édité 1 fois
avatar
Ristaag
Invité
Invité

Messages : 88
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 19
Localisation : A la Taverne Pardi !

Feuille de personnage
personnage principal: Ristaag
reroll:
Classe principale: Champion

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Journal de Ristaag :: Commentaires

avatar

Message le Ven 12 Aoû - 12:17 par shups/Odebert

Ha c est bien dommage qu y a plus d encre, continue avec la bière, je boirais tes paroles mon ami

*Lève sa chope et boit*
Shupswen

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 12 Aoû - 15:13 par Falda

J'adore ton histoire Smile
Dommage que j'aime pas la bière mais je lève quand même mon verre de vin pour la suite !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 12 Aoû - 17:21 par Ristaag

Merci beaucoup à tout les deux ^^

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 12 Aoû - 23:36 par Ristaag

Voilà, vu que je ne sais pas si j'aurai le temps demain je vous envoie le chapitre 2 du Journal Intime de Ristaag. En espérant que Joly et Torby voient ça ^^ A plus ! (Édition d'août 2017, version améliorée) :


J’ai passé une nuit des plus superbes. J’ai dormi comme un bébé ! Finalement j’aime bien les maisons de hobbits. Bien que je préfère vivre dans une grande maison au Palais de Thorin, j’aime parfois me promener dans une maison colorée, avec des trophées en tout genre mais surtout avec mon aimé… Enfin je crois que c’était mon aimé… Il vit chez un ami à lui, c’est quasiment le propriétaire…
Et puis… la soirée a été bien arrosée, je ne sais plus trop si c’était son ami ou lui… Mais je préfère me conforter en pensant que c’était lui.
 
J’aime passer mes nuits chez lui. Non pas parce que je n’ai pas de lit chez moi ni même une chaise, non je ne pourrais pas faire ça… Non bien sûr… Hum… Hum… J’aime être dans cette maisonnette car tout est plus réconfortant, plus chaud.
Sa maison est colorée, décorée avec bon goût, il y a des tonnelets très intéressants aussi, mais je ne pourrais pas en goûter sans sa permission. Mais bon, peut être une goutte en cachette, mais en même temps une goutte n’est pas suffisante. Alors une choppe. Oui mais une choppe c’est triste seulement une choppe, bon alors peut être deux… On verra bien !
 
Avec lui, tout est plus… tranquille, calme, romantique… Hum… Hum…
J’aime me plonger dans ses yeux. Ses yeux pleins de tendresse, de chaleur. Il ne veut pas le dire, il ne veut pas qu’on sache qu’on est ensemble. Cela ferait trop… bizarre… Mais je vois dans ses yeux que nos sentiments sont réciproques. Je le vois. Même si je vois trouble, tiens elle est forte cette bière !
 
*Il tomba de sa chaise, évanoui sans la boisson forte, il se réveilla cinq minutes après.*
 
L’après midi, je dois le reconnaître j’ai tout fait pour me promener avec lui. J’ai pris l’exemple sur une jeune hobbite que j’avais croisé un jour. Je crois qu’elle s’appelait Plante. Drôle de nom d’ailleurs, je me demande si sa mère aimait le jardinage, enfin bon c’est des hobbits, on ne peut pas leur en vouloir.
Mais du coup, j’avais vu Plante faire la cour à un autre hobbit, un certain… Tonbide… Décidément, les hobbits ont de drôles de noms.
 
*HIP*
 
Du coup, j’ai commencé par lui faire un cadeau, une lettre. *HIP*
 
*Il essaye de se resservir, ne voyant aucune goutte sortir du tonneau, il regarda par le trou pour vérifier le contenu. Il alla vers le derrière du tonneau, lui donna un bon coup de pied. D’un coup la bière surgit en une cascade*
 
Donc je disais, je lui ai envoyé une lettre d’amour. Je vous fais une confidence, je crois qu’il a bien aimé !
 
Je l’ai espionné, quand il a ouvert la lettre il s’est mis à rougir *HIP*. Je dois avouer aussi que je suis pas sûr qu’il ait vraiment rougit…
*Bois* Je sais pas très bien si c’est parce que j’avais renversé une petite vieille hobbite sur la route, qui bien sûr avait sorti un poisson de sa poche pour me frapper avec (de drôles de personnes ces hobbits).
*HIP* Cette petite dame transportait un panier de framboises quand je l’ai bousculé, je me suis retrouvé la tête dans son panier. *HIP* *Bois une autre bière*.
Vous pouvez imaginer sûrement qu’après mes yeux me grattaient.
 
*Bois une pinte* (Wow elle est forte, à noter qu’il faut en racheter très bientôt).
 
Au coucher de soleil, j’ai essayé de me rapprocher de lui au coin du feu. Je sais pas comment il fait cette fripou*HIP*ille. Il a esquivé tous mes baisers. *HIP*. En plus comme tout bon courtisan, je l’avais fait boire un peu avant, en toute amitié…
 
*Bois le fond du tonneau et en reprend un*
 
Du coup, j’avais ramené des pintes, l’Aubergiste m’avait dit « Attention aux réveils difficiles ». Mais bon, je peux me *HIP* vanter de plutôt bien tenir l’alcool.
On a bu une bière, puis une autre, puis une autre, et encore une autre.
 
*Bois une autre pinte*
 
Mais avec modération bien sûr ! J’ai bien bu, un peu seulement… Vous pouvez le constater par vous mê*HIP*me. J’avais le même taux d’alcool que maintenant. *HIP*.
 
*Fait un rot qui retentit dans tout le quartier des résidences du Palais de Thorin, il pouffa car il trouva cela hilarant*
 
Je voulais l’embrasser, il aurait vu le monde en rose après. Mais il se dédoublait, il avait un sosie et je n’arrivais pas à l’embrasser.
Tout d’un coup, en voulant lui donner un énième baiser, je suis tombé en avant *HIP* la tête dans le feu ! Ma barbe flamba !! Cela avait une odeur particulière… vous savez l’odeur quand… *snif, snif* Mais ! Je le sens même maintenant… Mon rôti !!!

Dernière édition par Ristaag le Dim 13 Aoû - 17:48, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 13 Aoû - 10:10 par Derfimli

eh beh .... il (on) est pas sorti de l'auberge !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 13 Aoû - 13:25 par Jolyfleur

hihihi !
Très jolie chapitre 2 ! Very Happy
Ça fait plaisir de savoir qu'on est devenu un exemple ! hihihihi

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 14 Aoû - 14:26 par Ristaag

Bonjour, bonjour !

Voici le chapitre 3 du Journal Intime de Ristaag. J'espère qu'il vous plaira !

J'aimerai par la même occasion dire que ce dimanche, 21 août 2016 à 15h. Les Gardiens de Gundabad organisent une chasse au trésor ouvert à tous, de préférence venez avec un bas niveau. Pour me confirmer votre participation, vous pouvez le dire en commentaire de cette publication ou sur le jeu par courrier à Ristaag.
Merci à tous, bon jeu et bonne lecture Wink (Édition d'août 2017, version améliorée)


Je ne suis pas très fier de cette journée…
 
Je n’en suis pas du tout fier. J’ai peur de l’avoir fait fuir… s’il pouvait me lire, par la barbe de Durin, je jure que je lui demanderai pardon ! Et je jure aussi que je demanderai pardon aux gens que j’ai offensés… et qui m’en veulent…
Je vais tout vous raconter… je vous dois à tous des explications, veuillez me pardonner.
 
 
« Tout a commencé il y a 300 ans… »
 
A ce moment-là, une vision apparaît. Une femme auréolée de lumière, une femme parfaite s’avança. Même si ses oreilles étaient pointues.
Elle lui dit :
« Ristaag, je suis Dame Galadriel. Je dois te faire une révélation. Tout cela a commencé… ce matin »
 
 
La vision disparut.
 
 
 
« Bon… tout cela a commencé il y a 10 heures » reprit Ristaag. « Comme à mon habitude, je me suis réveillé dans une maison hobbite spéciale. Je suis reparti chez moi, pour trouver de la bière dans mon coffre. Mais pas à mon habitude, ce jour là je n’avais plus de bière !! Plus une seule goutte de bière ! »
 
« Pris à mon dépourvu et surtout horrifié, je me retrouvais à chercher de la bière dans les moindres recoins du quartier Sutheim des résidences du Palais de Thorin. En désespoir de cause, je me rendis auprès d’un hobbit dont le nom m’échappe dans une auberge dont le nom m’est inconnu également, pour commencer une épreuve de bière digne d’un vrai Nain ! Mais vous allez me dire ‘Comment ça se fait que tu vas quelque part, voir un inconnu et accepter tout ?’ Et bien la seule chose que je sais c’est que ce hobbit fait parti de la Ligue des Tavernes. Après son histoire, son blabla je m’en fichais, je voulais de la bière ! »
 
« Je ne sais pas très bien non plus, il m’a fait un long discours parlant de défi et de tomber dans les pommes, comme d’habitude je buvais ses paroles mais je n’en saisissais pas le sens non plus. Ensuite tout est allé très vite, je me souviens de quelques bribes de cette journée. Je crois avoir commencé avec 6 bières, puis aller dans une autre auberge pour en boire encore 6, et dans une autre, une boucle interminable. J’étais heureux ! J’étais enfin entouré partout de bière !! Quand je rentrais dans une auberge, je ne disais plus : ‘A boire, à boire c’est ce qu’il me faut ! Oh oh !’. Maintenant mon discours était : ‘A beurre, à beurre c’y c’quo m’a foi ! Ouh… ouuuh !’. Et cette fois, l’Aubergiste ne me disait plus : ‘L’or pour boire et le balais pour te faire sortir’. Mais maintenant il me prenait par le bras m’amenait devant l’autre hobbit et me donnait une tape sur le dos ! »
 
« C’était la belle vie ! Mais tout a dégénérer d’un coup. Je ne courais plus, je me traînais, je rampais. Je décidai donc de dormir un peu, c’est ce que je fis. Mais à mon réveil, comme je l’espérais je ne devais avoir qu’une simple gueule de bois. Mais j’étais encore plus éméché qu’avant. C’est alors que je perdis le contrôle de moi-même. »
 
« Il devait être aux alentours de 13h. Je me rendis à Bree. A l’entrée de la porte sud, les gens me cédaient le passage. Quand ils reniflaient, l’air leur piquait les narines. A ce qu’on m’a racontait. Je commençai à cueillir des fleurs, qui à mon contact se raidissaient et fanaient. Je les offris donc à mon cher aimé. Qui se retrouva bien embarrassé devant tout le monde qui le regardait. Oh le pauvre de lui… ses peines ne s’arrêtaient pas là. Je lui demandais s’il m’aimait, je crois lui avoir bien fait comprendre mon état grâce à mon haleine. Il me répondit qu’il était préférable que j’aille chez moi décuver un peu. »
 
« Mais je l’ai pris mal. Et j’allai donc voir une vache à proximité (tout ceci devant la montagne de personnes qui s’était regroupée). A la vache, je lui demandai sa main (pour me marier avec elle). La honte que mon aimé a dû ressentir devant la foule, je pense que c’est cela qui l’a fait partir et depuis je n’ai plus de nouvelle de lui. »
 
« Mon sort ne s’arrêtait pas là malheureusement. Après cet épisode, je suis allé dans le marché de Lalia. Je dois le dire, avec la bière, je voyais trouble et avec toutes sortes de couleur. Le marché de Lalia n’en était que plus beau. Je vis de loin Plante et Tonbide. J’y repense… les hobbits ont-ils tous des noms comme aussi… originaux ? J’allai les voir bien sûr pour savoir comment ils allaient et s’ils étaient libres pour assister à mon mariage avec la vache. Dès qu’ils me virent, pour moi ils étaient enchantés, mais à ce qu’on m’a raconté, pas du tout. Plante ne supporte pas l’alcool, avec mon haleine elle faillit s’évanouir.  Ils regardaient ensemble une belle cape, que Plante convoitait, pour vous dire elle change de tenue aussi souvent que les hobbits mangent. »
 
« Je m’approchais donc de la cape. Mais je crois bien que mon haleine l’a fait flétrir et ramollir, l’a rendant toute dépravée. Pas à ce qu’on m’a raconté car je l’ai bien vu, elle était folle rage. Et depuis je ne l’ai plus revu. En quête d’ami, je me rendis donc dans la Comté ou plutôt dans les résidences. J’ai rencontré une dame, son âge ne me revient pas. Hobbite bien sûr. Mais, je fus pris par un rôt incontrôlable. Et pile au moment où je passais à côté d’elle, j’ai roté. J’ai compris par la suite que ce n’était pas une bonne idée du tout ce « défi ».
 
« Elle sortit son poêlon d’un éclair et me frappa avec. J’en garde la joue et quelques bleus. Elle me criait dessus, elle me disait son nom parfois, c'est-à-dire ‘Malmène’ je crois. Pour une dame hobbite qui se promenait convenablement, elle m’a quand même plié mon casque. Et la cerise sur le gâteau. Elle me donna un muffin à la myrtille en me disant ‘Tiens, ça aide pour les gaz’. Vraiment incompréhensible ! »
 
« Sur le chemin, pour rentrer, je rencontrai un aventurier du nom de ‘Amora’, quel drôle de nom d’ailleurs. Il m’a dit, à ce que j’aie compris, qu’il était dans une confrérie qui servait du cidre et de la nourriture. Je lui demandai donc un peu de cidre et de nourriture, il m’en donna volontiers. Mais je crois que j’ai fait une bêtise. Je crois… l’avoir détroussé, parce que son cidre et sa nourriture étaient trop bons… La galère ! Je ne toucherai plus jamais à l’alcool !! »
 
« Finalement, je suis retourné chez moi, où j’ai complètement décuvé. La fin de cette journée va s’achever… »
 
 
 
Tout d’un coup, quelqu’un frappe à la porte.
 
 
« Nous n’acceptons aucun visiteur, qu’il soit ami ou de simple connaissance ! Et je crois bien que vous ne voulez pas me voir. » Hurla Ristaag.
 
 
Une voix de hobbit lui répondit :
 
« Chef, c’est moi, Siguro ! J’ai appris votre… journée, et je peux peut être vous aider ».
 
 
Ristaag se leva du sol et cria :
 
« Que me veux tu, j’espère pour ton grade que c’est sérieux euh… Pemo ! »
« Hum… Chef, moi c’est Siguro, mais j’ai une idée pour réconcilier tout le monde. »
 
 
Ristaag lui ouvrit la porte, l’attrapa par le bras et le fit asseoir sur le sol :
 
« Dis moi tout ».
« Il faut organisé un banquet, c’est la meilleure solution. La nourriture réconcilie tout le monde ».
 
 
Après de longues minutes à mettre tout en place, Ristaag haussa le ton :
 
« Mais c’est pas possible ! On doit mettre de l’alcool dans une tarte pour mettre du goût ! »
« C’est vrai, mais pour réconcilier les convives il faut de la bière, la bière enchante les personnes et leur fait chanter en cœur » lui répondit le hobbit.
« Tu… es sûr que c’est une bonne idée… ? »
«  Ecoutez, c’est la seule solution ».
« Bon si c’est la seule… mais je n’ai plus de bière… »
« Je vous la ferez ! Et pour que tout se passe bien, il faudra la boire sans lésiner »
« Bon si c’est la seule solution… mais alors après ça, plus jamais ».
 
 
De l’autre côté du monde, dans une forêt où les elfes habitent. Une dame auréolée de lumière les regardait dans un rêve. Elle souriait. Car elle savait que le Nain n’en avait pas fini avec la bière.

Dernière édition par Ristaag le Dim 13 Aoû - 17:52, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 14 Aoû - 16:08 par Derfimli

Je transmets aux Aigles la chasse au trésor !
Y aura p'têt un banquet à la fin ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 14 Aoû - 21:48 par Ristaag

Oui Derf à la fin il y aura un banquet.

Je tiens à m'excuser pour toutes les fautes d'orthographes que je fais. J'ai la fâcheuse tendance à ne pas me relire, et c'est après coup que je vois les horribles fautes que j'ai pu commettre. La prochaine fois je ferais un effort. Sinon merci à tous Smile

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 15 Aoû - 21:06 par Ristaag

Et voilà le chapitre 4 du Journal Intime de Ristaag. Ce chapitre se déroulera en 2 parties. J'espère que cela vous plaira. Et à bientôt dans le jeu Smile (Édition août 2017, version améliorée)


Une dure journée. Une longue et dure journée. Très fatiguante… Aaaah ces hobbits ! Si je pouvais les avoir !
Mais je me suis bien vengé ! MUAHAHAHAHA *HIP*
 
On frappa à la porte.
« Vous avez pas fini de nous casser les oreilles avec vos hurlements ?? » Cria une voix.
« Pardon… » Dit Ristaag.
 
Bref, ils se sont bien foutus de moi. Des sanctions tomberont, et ma vengeance sera terrible !!
 
« Vous avez entendu ?? » hurla la voix de dehors.
« Excusez moi, pardon… » dit Ristaag d’une voix aigüe.
 
*Bois une chope*.
 
Mais j’y pense, ils ont dû vous raconter leur histoire, et non la vérité ! Je vais vous conter la VRAIE histoire. *HIP*
 
« Tout a commencé il y a… »
 
Une vision apparut tout d’un coup.
La silhouette prit la parole :
« Je suis Dame… »
 
Ristaag l’interrompu :
« Attends ! Laissez moi finir par la barbe de Merlin… euh de Durin ! Tout a commencé il y a 8h… AH HA ! J’étais tranquillement dans la maison de ma confrérie. Un endroit rempli de trophée, où j’ai établi mon bureau. Je planchais sur l’amélioration du fonctionnement de notre groupe. Long travail, vous pouvez le constater. Mais d’un coup… »
 
Sa vue se troubla d’un brouillard blanc…
 
Ristaag était assis devant son bureau dans sa maison de confrérie. Il semblait concentré, comme si sa vie en dépendait. Il tenait sa plume fétiche, que sa mère lui avait léguée. Sa langue dépassait un temps soit peu de sa bouche, du fait de sa concentration.
Si quelqu’un avait pu voir par-dessus l’épaule du Nain, il aurait pu voir un joli lapin dessiné à l’encre… enfin joli… si on ne faisait pas attention aux à ses ailes de poulet, son cou allongé à l’extrême et ses défenses de sanglier…
 
Siguro entra d’un coup dans la pièce.
« Chef ! Chef !! »
« Qui ose donc perturber mon profond travail ? » Répondit le Nain d’une voix tonitruante.
« Chef, c’est urgent, crucial !! ».
« Bon… euh… Pemo, je veux bien t’aider mais va falloir d’abord que tu m’expliques. »
« Hum… chef, c’est Siguro moi ».
« Ne plaisante pas ! Raconte moi » lui répondit son Chef.
« Pas le temps, c’est d’une extrême importance. Réunion de guerre entre confrérie, le Mordor nous attaque ! ».
 
Siguro le prit par le bras, lui fit boire de l’alcool mêlé à une substance bizarre. Un mélange entre herbe à pipe et motte de terre de la Comté réduite en poudre.
Ristaag, sous l’effet de ce mélange, s’évanouit.
 
Ristaag reprit ses esprits et continua :
 
Quand je me suis réveillé, tout est allé très vite.
J’ai vu Sguro… ou Pemo… Oh je ne sais pas les différencier ! Bref, il faisait la cour à mon aimé. Pris de rage, je bondis sur lui. Mais j’ai percuté une boîte aux lettres. C’est à ce moment là que je me rendis compte que j’étais en Comté, et carrément éméché !
 
*Bois une bière*
 
Pour faire court, ils m’ont tendu un piège. *HIP* J’ai vu Plante, d’un coin de maison, qui versa toute une chope par terre en s’exclamant « Beurk ! ».
« Oh elle va pas faire long feu, hérétique !! » S’insurgea Ristaag.
Je me précipitai sur elle, mais une hobbite du nom de OhDeLaBière (vraiment des drôles de noms) et Tonbide tirèrent une corde qui me fit tomber. *HIP*.
Siguro me releva et me débarbouilla avec de l’eau. De l’eau ! Il sait très bien que je déteste l’eau !
Et le clou du spectacle, de l’humiliation, Plante sortit d’un buisson et me lança une tourte aux framboises qui s’explosa en plein dans ma face.
 
*Bois pour éponger sa honte* *HIP*
 
Siguro voulut me faire avaler la même substance qu’au début, mais je refusais constamment. Pour m’endormir et ne pas tarder, OhDeLaBière me frappa avec un poisson. Qui m’assomma instantanément. *HIP*.
 
J’en ai encore l’odeur dans la barbe. *HIP*.
 
Je me retrouvais chez moi, mais ma vengeance fût terrible !
 
Sa vision se troubla encore une fois.
 
Ristaag était allongé, tête contre le sol.
Dès qu’il reprit un peu contenance, il reprit vite fait de la bière. Mais il réalisa que c’était la bière de trop… en effet il tomba par terre en disant « Woow elle-est-foooooooorte… »
Et il s’endormit.
 
Siguro entra en cachette dans la maison pour espionner son chef, mais fort surpris, il le vit ronfler. Un filet de bave au coin de la bouche et 16 bières autour de lui.
Il tourna les talons. Au moment de passer la porte, il entendit son chef crier « Je vous aurais ! ».
Il  reprit son sommeil paisiblement.
 
On peut entendre ses ronflements jusqu’au Palais de Thorin.

Dernière édition par Ristaag le Dim 13 Aoû - 18:01, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 16 Aoû - 20:49 par Ristaag

Voici le chapitre du jour :
J'espère que ça vous plaira ^^

*Se réveilla d’un coup*
« Hein ! Lapinou ! »
*Se relève, prends de la bière dans son coffre et se rassoie sur la grande peau d’ours qui est dans sa maison*
Je disais donc…ah oui ! Ma vengeance fût terrible !!
J’ai réuni le conseil d’urgence des Gardiens de Gundabad devant notre maison. J’ai fait venir tous les officiers, en armure de guerre. Armés jusqu’au dents et le regard assoiffé de sang.
Tout le monde était là pour une fois.
Eliord, le premier dirigeant de la confrérie. Un homme expérimenté maniant l’hallebarde comme si c’était un prolongement de son bras.
Lincedialle, ménestrelle qui d’une simple note peut faire monter l’envie du combat dans ses alliés.
Siguror, un ours, une bête qui d’un rugissement fait fuir les orcs environnants.
Pemdiel, un chasseur, avec une flèche il peut tuer deux Uruk Hai.
Tharstan, un érudit, un fin stratège. Avec lui toutes les batailles sont dans la poche.
Pemo, un ménestrel, d’un chant il contrôle les vies de ses ennemis.
En ce qui me concerne j’étais dans mon armure de guerre. Orange et or, mes neveux disaient que je ressemblais à un réel Roi des Nains.
Je fis un discours rempli d’espoir, de rage à l’annonce de la bataille. Je galvanisais les troupes, les chefs de guerre qui m’ont prêté allégeance. Je leur annonçais que bientôt, très bientôt nous affronterons Morgoth. A la fin, ils scandaient mon nom. Signe qu’ils se battraient avec moi jusqu’au bout. « Ristaag ! Ristaag ! Ristaag ! »
Et comme d’habitude, Siguro arriva.
Le hobbit joufflu, en tenue de pêche, avec un chapeau de paille et un sac à dos faisait son entrée comme d’habitude en retard…
« Siguro ! Encore en retard, que dois-je faire de toi ? » Dis-je avec une voix grondante.
« Euh…chef, regardez ce que je sais faire maintenant ! »
Il commença par faire un saut périlleux avant et enchaîna avec un lancé de javeline…qui atterrit…pile dans le feu, elle brûla instantanément.
« Mince ! C’était ma dernière javeline, quelqu’un en a une autre ? »
« Siguro !! » Criais-je en lui intimant l’ordre de se tenir au garde à vous.
*Il sursauta et obéit*
« Pour avoir fomenter un complot contre ma personne, tu as trahis tes vœux, tu t’es montré en ennemi des Peuples Libres, un agent de Morgoth. Pour ceci tu es destitué de toutes tes fonctions. Ton grade d’officier et de chef de guerre te sont ôtés. Tu n’es plus un frère des Gardiens. Tu n’es plus un Gardien »
A ces mots, Siguro trembla. Il se mit à genoux et implora le pardon.
« Mais pour t’être montré fier…et par clémence je te pardonne ! Tes crimes sont pardonnés, tous ! Mais il n’y aura pas de deuxième chance. »
« Merci, merci infiniment chef ! Je ne vous décevrai plus. »
En vérité je dois vous le dire, je n’avais aucune intention de l’exclure de notre ordre. Je ne voulais pas le renier et l’exiler. Ce pourquoi j’ai fait ça est simple. Je voulais lui faire peur.
Oui c’est de la manipulation mais c’est bon enfant. A charge de revanche.
Mais pour les autres, je le jure sur la tombe de mes parents ! Ils subiront mon courroux. Tous le subiront !
*En écrivant, il hurla ces derniers mots*
*Siguro, qui écoutait à la porte depuis la pièce d’à côté, surpris par cet hurlement, fit tomber le vase à côté de lui*
*Ristaag entendit ce bruit, fit une roulade, sortit sa dague de sa botte. Une dague qu’il avait appelé Anghigil.*
« Qui est là ? Fils du Mordor ou détrousseur des routes, tu es mon ennemi. A ce titre, tu seras à la merci du Grand Ristaag, le robuste, chef des Gardiens de Gundabad et surtout l’agile ! »
*Il entreprit une énième roulade, quand il se releva il se prit en pleine face le chandelier de sa maison.* *Il s’évanouit sur le coup*

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 17 Aoû - 15:05 par Ristaag

Vu que je ne serais pas là ce soir je vous envoie le journal intime d'aujourd'hui. Le chapitre 6, Merci à tous !


*Bois* Il n’y a pas d’heure pour boire, ni pour écrire. Mais il y a toujours une heure pour boire en écrivant. Et le meilleur endroit pour le faire c’est à l’Auberge. De préférence celle de Bree car chez les nains mes feuilles seraient déjà baignées dans la bière.
Oh aujourd’hui j’ai une belle histoire de bière à vous conter.
Tout a commencé il y a…*attends quelques minutes* Ah non elle a compris. Bref c’était ce matin.
Je buvais à l’Auberge de Bree, tranquillement *hip*. Je me remettais de la bosse que je me suis faite hier. Je vous rassure tout va bien, ce n’était qu’un…orc…féroce bien sûr mais il n’a pas fait long feu contre moi !
Bref, écourtons les péripéties, j’étais en train de boire et voilà qu’une hobbite…vous voyez où je veux en venir ? Non je ne crois pas.
Tout le temps des hobbits alors comme je suis ouvert d’esprit j’ai commencé à me renfrogner.
Mais elle m’a rassuré quand elle est venu à moi.
« Je suis Shupswen DeTonneauVide, je boirais à ta santé ami nain mais je n’ai malheureusement plus de bière, snif. Aurais-tu la bonté de m’en donner. Nous partageons la même passion à ce que je vois. » *HIP*
Fort de cet appel de détresse, je répondis :
« Je peux te comprendre, j’ai encore quelques pièces d’or *hip*, pourquoi ne viendrais-tu pas partager la boisson avec moi ? »
Elle acquiesça.
Je partis aller chercher des bières, je revins avec 50 chopes d’hydromel.
J’en pris 5, je les ai bu. Et quand j’ai relevé la tête. Elle me fixait, avec ses grands yeux. Ce n’était pas de l’étonnement, vu qu’elle n’avait fait qu’une gorgée des 45 chopes restantes. Elle continuait à me fixer. Elle n’était ni rouge, ni atteinte de la bière. Elle me fixait, et me dis « J’ai soif ! ».
Je suis donc allé chercher 50 chopes d’hydromel et 50 bolées de cidre brut.
J’ai bu 20 chopes d’hydromel et 10 bolées de cidre brut.
Je commençais déjà à voir flou. Elle me fixait encore, totalement lucide. « Encore ! ». Elle avait tout bu.
Je suis allé chercher 50 chopes d’hydromel, 50 bolées de cidre brut et 50 bolées de cidre des Etoiles d’Antan.
J’en ai bu en tout 40 chopes d’alcool. Elle me fixait encore. Plus de bière. Je commençais avoir peur. « J’ai soif ! ».
J’ai couru vers l’aubergiste. Je lui ai pris les dernières chopes et bolées avec 50 bouteilles de vin d’Isengard.
Elle continuait à me fixer.
Je suis allé tituber pour demander de la bière. J’ai rajouté 50 cruches de vin blanc et 50 cruches de vin rouge.
Elle me faisait terriblement peur, aucune goutte de sueur, aucun signe de chaleur. Juste de grands yeux fixaient sur moi.
Je marchais, je traînais mes jambes. J’ai pris en plus 50 pintes de bière mousseuses et 50 pintes de bière du sanglier des Landes.
Elle continuait à me fixer…
Je déglutinais, en rampant j’ai ajouté 50 pintes de Clairotte, avec 50 pintes de fierté de Poirebeurré et 50 pintes de stout du troll aveugle.
Il ne me restait plus une seule pièce.
Je m’évanouissais presque…elle me fixait. Mon dieu ! Libérez moi ! Au secours !
Avec effroi je dis :
« J’suisBien ou autre chose, j’ai plus d’argent, plus de bière…mais me fait pas de mal s’il te plait ».
Je finis en pleurant, je la voyais me fixer, mais je m’endormis sur le sol.
Elle sauta sur ses pieds. On l’entendit faire « HIP » et couru vers la porte. Elle sortit 2 chopes de son sac et prit la porte. Avant de la refermer on l’entendit dire :
« J’ai soif ! Y’a quelqu’un qui a de la bière ? »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 19 Aoû - 16:43 par Ristaag

Bonjour à tous, j'ai bien retenu vos critiques et j'espère que vous en aurez d'autre afin d'améliorer au maximum ce journal.  Voici le chapitre 7 de Ristaag, le plus triste depuis le début. Merci de relire et à ce soir pour le chapitre 8 ^^ (si vous voulez que je reprenne les autres chapitres dites le moi Smile )


Ristaag reposait sur un lit.
Il écrivait à bout de bras son testament…oui, Ristaag se sentait mourant.
Il était fiévreux, au point qu’il donnerait chaud à l’œil lui-même.
Il gémissait dans son sommeil, il faisait des cauchemars de ruine et de mort…tellement réalistes qu’il se demandait si ce n’étaient pas des visions des batailles du passé, annonçant celles du futur.

   Et pourtant quelques fois il rêvait d’une réunion entre les grands de ce monde. Il y avait Gandalf le Gris, Elrond, Radagast le Vert, Sarouman le Blanc et Dame Galadriel. Ils chuchotaient et semblaient s’inquiéter de son sort.
   Ses chefs de guerre s’inquiétaient, bien que sa mort n’annoncerait pas la fin des Gardiens de Gundabad, ils se sentaient liés à lui. Il restait quand même un chef frère d’armes.
Sa pâleur n’annonçait rien de bon, il n’arrivait même pas à boire ! C’est pour dire.
   Malgré tous les efforts de Siguro pour le remettre sur pied, il lui faisait des pirouettes, faisait le clown pour lui redonner le sourire, ce qui le réconfortait était la venue de son aimé mais rien de plus…
   Pour tout vous dire, il n’a pas eu une semaine des plus agréables. C’était l’une des pires de sa vie…

   Quatre jours avant, il passait sa journée à Bree.
Comme d’habitude il buvait.
Il vit passer beaucoup d’amis à lui.

   En premier lieu, Tonbide et Plante se promenait.
Ils gloussaient à tout bout de chant, ça ne le dérangeait pas. Oh non pas le moins du monde. Il était même heureux pour eux. Et oui le pauvre Ristaag ne connaissait pas le plaisir de se promener en public avec la personne qu’il aime. Alors il était heureux qu’ils puissent le faire, qu’ils puissent être tout mignon, les regarder choisir leurs tenues pour des occasions. Bien sûr Ristaag ne se concentrait sur sa boisson que quand les deux jeunes hobbits faisaient des choses…plus intimes… « Beurk un bisou sur la bouche ! »
Ce moment de contemplation était soudain perturbé par la venue de « la belle mère » de Tonbide…

   La belle mère…la mère de Plante (sûrement une jardinière). Oui Ristaag se souvenait d’elle, OhDeLaBière comme elle s’appelait. Elle arriva d’un bond et commença à critiquer le physique de sa fille. Charmant.  
« Cette tenue te donne un gros cul ma fille. »
Elle regarda son gendre avec mépris et dit :
« Et encore l’Autre ».
Furieuse, Plante défendait son bien-aimé mais sa mère était impitoyable. Elle martyrisait son gendre et répondait à sa fille d’un ton désagréable.
OhDeLaBière, lassée, mit une fessée à sa fille et partit en disant :
« De toute façon, toi et ta sœur vous ne servez à rien, vous n’arrivez pas à remplir mes coffres chéries ».
Tout autant furieux, Ristaag se leva de son perchoir et vint à la rencontre de la belle mère.
« Vous avez pas fini de vous en prendre à ces jeunes gens ?? Je vous reconnais, et bien que je doute que vous vous souvenez de moi, je retiens vos méfaits. Allez vous occuper en tricotant plutôt que d’embêter des gens amoureux, quelle honte vous devriez avoir ! Et où est cette chère sœur que je ne connais pas ? Je ne l’ai jamais vu et jamais entendu. Ah elle bien est belle la famille ! Allez, du vent ! Et laissez les en paix !! »
OhDeLaBière était enragée, cela se voyait à son teint qui brunissait.
Mais elle ne dit rien, elle partit voir s’il était autre part, elle s’amusait à lancer et rattraper une grosse pierre.
Tout revint à la normal.

   Les tourtereaux recommençaient leur balade. Et une belle hobbite apparut à la rencontre des amoureux.
De son perchoir ou appelé plus communément lampadaire de Bree, Ristaag s’intéressait de plus en plus aux hobbits.
La nouvelle inconnue sauta dans les bras de Plante.
Elles parlaient ensemble, Ristaag se joignit à eux pour faire plus ample connaissance.

   En plus d’être une belle hobbite, elle avait une voix apaisante et agréable.
Elle sortit de son sac des beignets, cela se voyait qu’elle les adorait. On pouvait humer leurs parfums à des kilomètres. Ah ! Les beignets aux fleurs d’aubépine !
Ristaag aimait bien les hobbits finalement, ou plutôt les hobbites. Bien que son aimé restait à longueur de journée dans ses pensées, cette hobbite avait quelque chose de spécial. Il sentait que quelque chose se passait…
Il décida de prendre les choses en main.
Il lui demanda son prénom. Pour la première fois, Ristaag entendait parfaitement bien le prénom de quelqu’un. Aubelline elle s’appelait, elle insista sur le fait que son nom comporte deux L.

Les beignets et cette Aubelline faisaient planer Ristaag. Il comprit par la merveilleuse conversation qu'ils ont eu qu'elle était justement la sœur de Plante.
Ristaag demanda pour finir ce qu’elle faisait là. Plante et Aubelline répondirent de même voix :
« C’est pour voir mon papa ! »
De tout ce que Ristaag avait entendu, jamais il n’avait su que Plante avait un père et encore moins que la tyrannique mère avait un mari.
« Mais pourquoi on le voit jamais ? »
« Ah mais ça c’est parce que depuis que Maman et Papa sont séparés, c’est un aventurier sur les routes » dit Plante.
« Mais du coup vous faites un truc spécial pour quand vous le revoyez ? »
« Oh oui ! On a quelque chose de spécial d’ailleurs » dit Aubelline.
« Et je peux savoir ce que c’est ? »
« Bon d’accord mais tu dis rien » répondit Plante avec un sourire malicieux.
Elle montra une sorte de tissu. Un tissu…très très très original…qui piquait les yeux, elle disait que c’est une belle tenue…

   Ristaag, démoralisé par ce qu’il venait de voir, errait à présent dans les rues de Bree.
Effectivement, Ristaag avait vu de nombreuses fois Plante faire ses courses dans le marché de Lalia. Mais elle avait bon goût. Là ! Le…tissu…faisait mal à voir. Pauvre père !
En errant de part en part de Bree, Ristaag eut tôt fait de faire une mauvaise rencontre…

   Sur le chemin, il était dans ses pensées. Tout à coup il fut stoppé comme s’il s’était pris un lampadaire… J’suisBien était postée devant lui, lui barrant le passage.
D’un regard effrayé qui aperçu les yeux fixés sur lui, ou plutôt sur la bière qu’il tenait dans la main. Il était pétrifié !
Mais vous vous rendez compte ! La bière, le présent le plus précieux de Ristaag.
Mais J’suisBien était plus forte que lui. Elle cria :
« De la bière ! »
Jouant le tout pour le tout, Ristaag voulu lui donner des pièces pour qu’elle aille s’en acheter et en échange elle le laisserai partir avec ses bières.
Mais en cherchant, Ristaag devenait de plus en plus fou, de plus en plus effrayé et dans sa bouche il y avait un goût amer, un goût…de vol…
   Il ragea sur place.
« Sale petite hobbite ! Elle me l’a volé !! » Pensa-t-il.
Et oui vous comprenez enfin, OhDeLaBière lui avait volé sa bourse, la grosse pierre n’en était pas une, c’était sa bourse !!
L’or ! Le deuxième présent le plus précieux pour Ristaag avait disparu…
Il commença à déglutiner, il voulu tout oublier, il savait ce qui allait suivre…
« Ta bière !! » Cria J’suisBien.
Ristaag lui donna lentement la chope qu’il tenait dans sa main… D’un jeune nain fier et joyeux de boire il ne restait plus qu’un nain au regard désorienté, qui avait tout perdu et qui allait encore tout perdre… Dans un geste désespéré, encore les yeux vers fixé sur le sol il voulu s’enfuir.
Mais J’suisBien était plus rapide et l’intercepta :
« Tu en as encore, toute ta bière !! » Hurla-t-elle avec un regard persistant.
   Ristaag ne voulut plus rien savoir, il lui donna toutes les bières, il n’en restait plus une seule… J’suisBien prit tout et partit. Cependant Ristaag ne bougea plus… il ne voulait plus marcher, ne plus courir. Il ne voulait plus rien voir, ne plus rien entendre… Le simple fait de voir les héros revenir de la bataille l’anéantissait… Il ne voulait plus sentir, ne plus manger, ne plus bouger, ne plus ressentir… Il resta debout, les bras ballants, les jambes molles et le regard vide sur le sol pendant 2 jours entiers sans boire ni manger, sans bouger d’un pouce. Deux jours jusqu’à ce que Siguro et Siguror s’aperçoivent de sa disparition, le retrouvèrent et l’emmenèrent chez lui… Pour la première fois depuis 2 jours, Ristaag ressentait une émotion, un sentiment de redevance mêlé à de l’attachement pour ses deux compagnons… Il ressentait l’envie de leur dire merci pour tout… Il finit par sombrer dans un profond sommeil de cauchemar.

   Des années plus tard, car Ristaag n’était pas mort, il avait seulement subi une légère période de dépression qui se solda par la reprise de la boisson alcoolisée encore plus forte. Dans son testament encore absent de toute modification, il avait désigné Siguro comme héritier de sa maison, ses richesses amassées et de la confrérie pendant qu’il donnait ses armes et la place de haut dignitaire dans l’ordre des Gardiens de Gundabad à Siguror.

   Des dizaines d'années après son évènement. Ayant passé sa vie à boire et à combattre pour la Terre Du Milieu, Ristaag était devenu un vieux nain, à la barbe longue et blanche. Etant donné qu’il était devenu une personne haut placée chez les nains et un héros du peuple, des biographes retracèrent sa vie. Il semblerait après maintes discussions que la dépression de Ristaag provenait du manque de bière qu’il éprouvait et que par la suite, deux jours après avoir repris totale consistance, il fit un grand festin qui se solda par une deuxième période dans le lit… Mais c’était un fait incontestable, le nain n’avait jamais cessé de boire et sa période de dépression n'était que passagère. La chose est sûre, lorsqu'il mourut vieux, il avait le sourire aux lèvres et était fier de son ordre, de ses amis, de ses compagnons et de sa famille.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 19 Aoû - 23:14 par Ristaag

Voici le chapitre 8, dites moi en commentaire si ce format du style le narrateur raconte vous plaît. Et s'il y a des critiques dites les moi je suis preneur ^^ A+ dans le jeu !

J’ai beaucoup de choses à vous dire.
Depuis cette période… Difficile… je prends bien soin de ma bière *En écrivant de sa main gauche, la droite caresse lentement la chope à sa droite… *

*Il la prit en main soudainement en main et il entra instantanément en transe*
Ristaag était habitué à ce genre de rêves, depuis plusieurs mois cela lui arrivait.
* Il courait le doigt autour de la chope, dans une plaine de boue et de sang. Une bataille entre des orcs du signe de Gundabad et des… Nains ??*

* Tout à coup on entendit le célèbre cri de guerre des Nains, un cri terrifiant pour les orcs mais Ristaag en était fier, son cœur battait la chamade à chaque fois qu’il l’entendait et rêvait de le crier avec ses frères*
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai mênu ! »
Mais tout à coup, ce rêve pris une tournure plus… dramatique…

Au milieu des Nains qui se faisaient massacrer, il entendit une voix, qui susurrer à son oreille. Une voix rauque mais fluide… Et une image qui s’imprégnait en lui. Le Grand Œil plein de flammes et une fente quasi vivante. Il se renfrognait, tombé à genoux, Ristaag souffrait*
« Ristaag, l’Ered Luin ! »
*Il s’extirpa de son rêve*
*Plein de sueur* Je devrais arrêter ces rêves mais ils retracent l’histoire des Nains comme mon père me racontait.

*On frappa à la porte*
*Ristaag entreprit une roulade avant, ne se rata pas et se releva d’un geste vif, il extirpa sa dague de défense Anghigil*
« Qui est-ce ? Identifiez-vous ? »
« Je viens vous venir en aide, je suis un ami de Gandalf. Il m’a demandé de vous aider pour vos problèmes de vision. »
« Il fallait le dire plutôt ! »

Ristaag fit entrer le magicien, enfin il ressemblait particulièrement à Gandalf.
D’une tunique grise qui l’empêchait presque de marché, avec un grand chapeau pointu qui assombrissait son visage, sa voix et son physique était encore plus surprenants.
On aurait dit qu’il était fin comme un chandelier mais son visage était comme enfantin, m’enfin son chapeau l’assombrissait.
Sa voix était presque aiguë, mais bon le métier de magicien n’était pas réservé seulement aux personnages avec des voix graves.
Mais il le dépassait d’au moins 2m, ce qui rassura Ristaag sur cet inconnu.
Il le fit asseoir sur sa peau d’ours, seulement élément du sol qui décorait sa maison. L’idée qu’on s’assied sur à même le sol était insupportable pour Ristaag. Mais le grand inconnu refusa en prétextant qu’il avait un problème au genou et ne pouvait plus se baisser.

« Alors pourquoi êtes-vous là, cher ami de Gandalf ? »
« Je vous l’ai déjà dit, vos visions ne sont pas là pour rien. Le Seigneur Noir vous recherche, il va lancer les Nazguls après vous ! Il faut faire quelque chose de toute urgence !! » *Dit le magicien alors qu’il gesticulait dans sa tunique*
Pris d’une peur immense en entendant le nom des serviteurs de Sauron, Ristaag se résolut en un éclair à faire ce que le magicien dira. Avant cela bien sûr il eut tôt fait de faire le calcul simple de :
Si Nazguls venir, Nazguls tuer Ristaag.
Ristaag mort = Plus de bière.

« Que dois-je faire ? Dites moi vite je vous en supplie !! »
« J’ai ici avec moi une potion qui vous rendra invisible au Grand Œil. Buvez là ? »
« C’est urgent, buvez »
Il pressa Ristaag de boire et lui mit la potion directe dans la bouche.
Quelle potion dégoûtante ! C’était un mélange d’… Ingrédients atroces et inquiétants. Ristaag faillit s’étrangler. Mais il s’évanouit d’un coup.

Lorsqu’il repris connaissance, il ne vit plus trace du magicien dans la pièce. Il entendit quelques chuchotements. D’un bond Ristaag sauta sur ses pieds et voulut prendre sa dague préférée. Mais elle n’était plus dans sa botte, d’ailleurs il n’avait plus de bottes…
« Qui est ici ?! »
Il entendit un fracas dans la pièce où il stockait sa nourriture, entremêlé du bruit de l’agitation, Ristaag entendait des pas pressés.
Il surgit dans la pièce en criant :
« Bouh ! » Comme Plante lui avait apprit.
Il vit le magicien se relever doucement qui courut directement vers la sortie.
« Mais attendez ! Qu’avez-vous fait, la potion a-t-elle agit ? »

En voulant sortir de la maison, le magicien se prit les pieds dans sa tunique et tomba. Mais quelle surprise !!
Sous la tunique une ribambelle de hobbits sortit en courant faisant tomber une pile de nourriture et de bière. Dans la confusion, Ristaag put distinguer Plante, Torby et Ristaagette (une hobbite de Grand Cave) Il choppa au hasard un hobbit et c’était Siguro qui voulut courir pour s’enfuir.
Comprenant qu’ils s’étaient joués de lui, Ristaag laissa filer les autres mais garda Siguro.
« Siguro ! Dois-je vraiment t’exiler ?? Dois-je encore te destituer et t’exclure de l’Ordre devant tous les confrères et consoeurs ? »
« Pitié, chef ! C’est eux qui m’ont forcés !! »
« Je vais être magnanime cette fois-ci mais tu me dois quelque chose. Maintenant tu devras me fournir en bière chaque jour. Mais je veux de la bière faite maison. »
« Euh… »
*Voyant le regard menaçant de son chef il répondit : *
« Oui chef ! Bien chef ! »
« Très bien, maintenant va t’occuper de mes bières ».
Il prit Siguro par la peau du cou et le balança en dehors de sa maison.
« Bien fait ! Maintenant où j’en étais ? »
Il prit une bière, puis une deuxième puis une troisième… et il ne les compta plus.

La nuit, il s’endormit dans le lit de la maison du hobbit, la chambre était remplie de chopes vides.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 20 Aoû - 17:22 par Ristaag

Voici le chapitre 9 du Journal. J'espère qu'il vous plaira ^^ A+ les amis et pour certains à demain pour la chasse au trésor Smile

   *Bois* Hum, c’est bon *Bois*. Faut que j’en recommande à Siguro tiens. *Bois*. Faut vraiment qu’il me fasse un stock de Bières Chopes Bleues. *Bois encore*.
Tiens qu’est ce que je faisais déjà ? *Bois* *hip*
*Bois* Ah oui ! Mon journal ! *hip*

   Aujourd’hui est un jour spécial ! Aujourd’hui, ou plutôt ce midi j’ai passé une journée spéciale avec mon amoureux.
Alors je vous vois venir avec vos questions :
« Qui est-ce ? Vous avez fait quoi ? Oulala ! »
« Non vous ne saurez rien, en tout cas pas en profondeur ! »
J’ai tout fait pour être mignon vous savez.
« Un Nain ? Mignon ? »
Oui un Nain mignon ! Un Nain amoureux est toujours mignon !
Je vais tout vous raconter.

   J’ai commencé par aller en balade romantique. *hip* Je l’ai emmené dans le Palais de Thorin, ou plutôt dans la salle des artisans, aux forges.
Vous n’imaginez pas à quel point c’est une salle extraordinaire. La chaleur qui en dégage me rappelle mes débuts dans la mine.
C’est un lieu sans précédent. *Bois*. On s’y sent bien. On peut même jouer là-bas.
Le pont qui passe au dessus de la lave est un jeu très amusant vous savez. On peut jouer à « ça crame, ça crame pas ? » Le but est de passer en marchant sur le pont et de voir si vous cramez ou pas. Si vous sentez une odeur de brûlé sur vous c’est que vous avez perdu
Bien sûr mon aimé a perdu, au contraire, tel un vrai Nain, un vrai mâle, je n’ai rien cramé.

   Ensuite nous sommes allés faire un tour en comté pour pêcher. A l’étang, je ne sais pas très bien ce qui s’est passé.
Mon aimé me regardait pendant que je lui apprenais à bien pêcher.
Malheureusement je n’avais pas d’appât. Donc je pris direct ma canne à pêche et je la lançai loin. Instantanément, ma canne trouva quelque chose. Je la ressortis et je constatai qu’elle avait pris une veste en peaux intermédiaires, sûrement avait-elle été jetée dans l’étang.
Deuxième essai et de nouveau un habit, ou plutôt un pantalon… Charmant.
Troisième essai, et des chaussures… Je regardai de tous les côtés, je n’avais pas vu de nudiste à l’horizon.
Je me retournai mais il n’y avait plus mon aimé… Je suis donc allé le chercher dans la maison où il habite, en Comté.

   J’avais ramené un grand stock de bière, pour si jamais on restait dans la maison.
Il s’était changé, je ne compris pas vraiment pourquoi mais après tout pourquoi pas ?
On restait donc dans la maison, à boire et à discuter.
Je pris quelques bières, et je les ai fini aussi.
Il est parti se coucher un moment, il disait avoir bien vécu sa journée. Je le savais j’ai pu l’amadouer ! Il me restait une bière mais j’avais une sérieuse envie d’aller me soulager près d’un arbre. Je suis donc sorti, avec assurance bien sûr.
*Du haut de sa tour, Sarouman le Blanc le regardait de son orbe se saouler quelques fois. Il savait que le Nain était quelqu’un d’important, il s’attendait à découvrir des informations importantes pendant sa beuverie. Ce soir là il vit Ristaag se déplaçait maladroitement, en titubant. Cherchant la sortie il se prit une fois le plafond, puis une deuxième. Telle la houle, Ristaag allait de droite à gauche, il faisait tomber les meubles sur son passage. Sarouman se dit que cette fois n’était pas la bonne pour la pêche aux informations*

   J’étais dans la cour. J’étais assis près d’un petit lac, mais un tentacule me prit par la jambe et me secoua… Pas besoin d’un arbre donc, j’ai eu tellement peur…
Après cette expérience j’ai reculais et v’la ti pas qu’une créature des enfers des livres, je crois un Sombrefaux me sauta dessus. Effrayé, je l’ai maté et je suis reparti dans la maison. Je courais encore dedans que je me suis pris dans le champignon vomitif…
Du coup… pauvre parquet, heureusement que j’ai tout nettoyer avant que mon aimé se soit réveillé…
Vu que je commençais à m’endormir, je me suis approché d’une armure posée près du mur… Et en un éclair, tel un enchantement je me suis retrouvé en train de porter cette armure puante et crasseuse. Beurk !!

   *Fuyant cette maison hantée, Ristaag sortit et courut en direction du Palais de Thorin pour revenir chez lui. Mais dès qu’il couru, il s’essouffla immédiatement, pris d’une énorme envie de dormir, il se trouva un endroit agréable, dans l’herbe, dans la cour d’un certain Alassea. Il s’endormit tout de suite. Le lendemain, le propriétaire constata qu’il restait une chope dans sa cour et son herbe était aplatie sur une grosse partie de l’herbe.*

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 22 Aoû - 20:03 par Ristaag

Salut ! Hier je n'étais pas disposé à écrire donc vous n'avez pas eu de chapitre.
Mais aujourd'hui le voici : le chapitre 10 spécial Nain (si Lleto passe par là Wink )


C’est vrai que je vis beaucoup avec les hobbits, les hommes, les… elfes…
Petite digression, je ne déteste pas tous les elfes. C’est vrai ils me sont insupportables, mais je les tolère. En fait je tolère les elfes aventuriers, les elfes qui comme moi se consacrent à la défense de la Terre du Milieu. Les elfes que je déteste par contre, et que je ne peux pas supporter très longtemps sont les elfes qui privilégient leur race, au mépris des autres, en particulier les elfes de Fondcombe. Sachant que je ne me suis pas encore aventuré plus loin, à part un petit passage en Eregion mais c’est tout.

Fin de la parenthèse, vous le voyez bien il n’y a pas beaucoup de Nain dans mon entourage. Et pourtant si. Je suis fier de ma race et fier de me battre pour Gundabad libre, je suis fier de me battre pour redonner la cité aux Longues Barbes.

Pour tout vous dire, je viens des Montagnes Grises. Mes feus parents m’ont inculqué l’amour de ma patrie. Mais surtout je me revendique de toutes les familles de Nains. Que ce soit les Montagnes Bleues, ou les Monts de Fer, je le suis. A part les Poings Bourrus. Mais pour vous dire… je comprends les motivations des Poings Bourrus, ou alors seulement celles que je comprends.
Et bien oui je le dis haut et fort, je combats les Poings Bourrus, je suis prêt à mourir pour mes idéaux, mais je comprends en partie les raisons des Poings Bourrus. Et bien oui, pas forcément la suprématie des Nains (que je ne recherche pas) mais le retour du pouvoir des Nains, nous opprimés par les elfes principalement. Oui ! Le pouvoir, pour que nous Nains, nous puissions avoir une décision sur ce monde.
Mais je pense que cela n’arrivera jamais, les elfes ne le supporteront pas.

Alors de quoi je veux vous parler ? *Bois la bière qu’il gardait car il ne voulait pas interrompre son récit*
Ah oui voilà ! Aujourd’hui est un grand jour, en effet j’ai rencontré et passé la journée avec des frères Nains.

J’étais au Palais de Thorin. Comme à mon habitude, je me suis habillé en tant que Chef des Gardiens de Gundabad car chaque aventurier Nain qui se forme pour la défense des Peuples Libres passe en premier par ce Palais.
Je paradais quand soudain, je vis un ami à moi, Gardien de Gundabad qui passait par là. Sigu comme il s’appelle.
« Oyé ! Sigu, viens un peu par ici cher Frère. »
« Bonjour, chef » dit-il en faisant le salut militaire.
« Pas de cela entre nous, Nain. Appelle moi Ristaag, je ne suis pas ici pour passer en revue mes troupes ».
« Si vous voulez, Ristaag. »
« Et tutoie moi ».
« Si tu veux, je dois te laisser Ristaag par contre car Bavor m’a donné une mission et je ne veux pas le faire attendre »
« Oh non tu ne pars pas comme ça mon petit, il y a un temps pour tout, un temps pour se dépêcher et un temps pour s’amuser. Je parlerai à Bavor au pire, je saurais le convaincre. »
« Mais… »
*Ristaag le prit par le bras et l’emmena vers le côté*
« Tu vas attendre avec moi et regarder nos Frères Nains se préparer pour le monde de dehors. »
*Ils s’assirent ensemble sur les escaliers des Portes de Thorin. Ils regardèrent passer tous les jeunes Nains qui se pressaient, on voyait dans leurs yeux l’envie de la bataille*

Il y avait des Nains spécialisés dans le corps à corps. Quelques archers, des mages ou plutôt des Gardiens de Runes. Des ménestrels et d’autres.
« Tu vois Sigu, un jour tu ira comme moi voir ta patrie et tes Frères se préparer au combat, et le jour venu, tu ira avec eux, à leurs côtés en frère d’armes ».
« Si vous le… »
Ristaag l’interrompit :
« Attends, attends, relève toi vite, là c’est des Nains de renommée »
Ils firent ensemble le salut. Se présentant haut et fier, bondant le torse, rentrant le ventre pour Ristaag.
Et les deux Nains de « renommée » passèrent comme si de rien était.
« Alors là mon petit, je te présente Hrutlug et Halvi. Deux cousins qui ont servi à leurs manières les Nains. Hrultug a été garde du Palais pendant que Halvi est un ancien militaire »
Ristaag s’assit et fit assoire Sigu.
« Tu vois mon petit, j’ai toujours rêvé servir dans l’armée des Nains, spécialement celle des Monts de Fer, dirigée Par Daïn II Pied d’Acier. Les armures des soldats Nains sont polies et magnifiques… ce serait mon rêve d’en porter une… »
« Chef, je peux aller faire ma mission ? »
« Pas encore ! On va aller leur parler, tiens toi bien, n’ai pas la langue trop pendue »

Ils s’approchèrent des deux cousins. Mais Sigu prit d’abord la parole.
« Fiers Nains ! Je me présente, votre serviteur Sigu, Nain Gardien de son état. Je me mets à votre service et votre disposition pour la vie comme pour la mort, Nobles Héros. Permettez que j’aille vous chercher de quoi vous rassasier »
Les deux « Nobles Héros » allaient répondre mais Ristaag les devança.
« Oui oui va nous chercher des bières » En faisant un clin d’œil aux cousins.
Sigu revenu, Ristaag, Hrultug et Halvi finirent les bières.
« Nobles Héros… » Commença Sigu.
Mais les trois Nains pouffèrent.
Halvi prit la parole :
« Mais mon pauvre, pas besoin de ça, allons à la Taverne tu pourras boire et discuter avec nous. »

Arrivés à la Taverne, Ristaag vit un ami cher à lui…
« Unmar ! Par la Barbe de Durin tu ne m’attends même pas pour boire, camarade de beuverie. »
Sigu leva les yeux au ciel, comme Hrultug et Halvi. Ils savaient comment ça allait terminer. Le Gardien de Gundabad voulut s’éclipser mais Ristaag le retint. Et la beuverie commença.
Ristaag baignait littéralement dans un bain de chopes. Unmar, lui, avait repéré une belle femme dans la Taverne, sûrement égarée. Sigu en profita pour partir, suivi par Halvi et Hrultug qui allèrent parler dans un lieu qui sentait moins… l’alcool.
Unmar, la vue lui faisant défaut dans son cas, pris pour cible… une elfe !
« Cher dame, belle des belles, beauté sans nom et dame de mon lac, acceptez-vous… de me donner votre main ? »

Mais la femme elfe était accompagnée de son compagnon. Celui-ci commença par défier du regard Unmar. Le Nain le poussa et voulut embrasser la dame convoitée. Son compagnon, furieux commença à se battre contre le Nain. La foule se réunit autour d’eux et finit par parier sur l’un ou l’autre.
Pendant ce temps, Ristaag titubait dans la taverne. Il rejoignit des tonneaux entassés, et par un miracle il réussit à se hisser dessus.
Il cria :
« Une tournée pour tout le monde » essaya-t-il d’articuler. Il se mit à danser, ou un semblant de danse.
Les Nains se rassemblèrent devant lui, la chope à la main et crièrent :
« A qu’est ce qu’on se sent bien ! Quand on est bien plein ! »
Même Runulf l’Aubergiste chanta.

Soudain, un Nain fit irruption. Il hurla par-dessus le boucan :
« J’ai trouvé un trésor ! Alors tournée pour tout le monde jusqu'à ce qu’il n’y ait plus rien dans mon coffre ! »
Tout le monde coura vers les bières servies.

Ristaag aussi, mais il tomba maladroitement en voulant boire et descendre. Il s’évanouit. Et ne profita jamais de cette tournée qui fera rougir plus d’un.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 26 Aoû - 16:06 par Ristaag

Voilà le chapitre 11, merci encore pour votre participation à l'évènement de la chasse au trésor. Amusez vous bien (Shups si tu passes par là) Wink

*Bois* Y’a pas à dire *Bois*. La bière c’est vraiment la meilleure chose au monde. *Bois*.
Cela fait longtemps que je ne vous ai pas écrit, cela doit faire 2 jours, ou 3. *Bois*. Ou 4… enfin j’ai l’impression que ça fait longtemps.

Je vous ai raconté beaucoup de choses ces temps-ci, les… mésaventures avec les hobbits, la rigolade avec mes frères Nains, c’est bien une des raisons de pourquoi je les aime tant mes frères. Mais aujourd’hui il s’est passé quelque chose… et cette fois avec des hommes !
*Bois* Et oui, les grandes jambes sont très hautains surtout quand ils se comparent aux moins grandes jambes, mais bon entre un elfe et un homme je préfère les hommes.

C’était un beau soir d’hiver, les premières feuilles vertes apparaissaient et les bourgeons ne pouvaient plus se compter. Il faisait beau, l’ère de la renaissance de la nature était là, il neigeait et grêlait… *Soudain quelqu’un entre dans la pièce*
*Siguror apparaît* *Alors que Ristaag s’apprêtait à boire, l’officier prit la chope des mains de son chef, le gifla et dit : *
« Trop c’est trop chef ! Calmez vous sur la boisson »
*Il disparut en un éclair*
Bon… ne rigolons pas, si j’entends des remarques sur quoi que ce soit je vous fais passer recrue !

J’étais dans Fondcombe. Je faisais savoir mon amitié aux elfes dans la dernière maison simple… et comme d’habitude ces elfes qui ne veulent que du mal à mon peuple, ils m’ont jetés hors de cette grande habitation à grands coups de pieds, je dirais « indigne » pour ces… personnes hautaines.
Je me suis relevé et après avoir manifesté mon mécontentement mais amicalement bien sûr, je me retrouve dans une situation enchantée…

Elle était là… en train de chanter, clamant un hymne à l’amour en s’inspirant du chant d’Iluvatar. Signe d’un profond savoir, elle chantait pendant qu’un homme jouait de la harpe. Elle chantait en faisant une danse remplie de passion. Ristaag lui était émerveillé, bien qu’il ne comprenait pas tout des paroles, il était incroyablement admiratif devant ce spectacle. Tout à coup, l’homme cessa de jouer de la harpe et chanta avec elle, à l’unisson. Un arc-en-ciel jaillit devant les chutes d’eau et un couché de soleil rougeâtre envahit le ciel.
A l’unisson, ils chantaient et quand ils furent assez proches, ils se collèrent, Ristaag vit leurs mains s’associer. A la dernière note, deux colombes survolèrent les deux amoureux.
Cassant le silence après le chant rempli d’amour, une femme s’approcha et rit fort, cela se voyait qu’elle était joyeuse.

Elle se précipita vers le couple, on voyait ses sourires à deux lieues d’ici. Elle leur dit au revoir avec un :
« A plus tard ma sœur. »

Ristaag ayant repris de la contenance, s’approcha du couple. Et commença les éloges, en répétant les courbettes, les yeux emplis d’étoiles :
« Vous formez un si beau couple, votre hymne d’amour était… merveilleux ! Un si beau couple que vous formez là. Votre chant, votre musique… c’est un talent à l’égal de celui de Jaskier ! »
« Qui est Jaskier ? »
« T’occupes pas, ça m’est venu comme ça. Mais quelle voix ! Ma chère dame, pouvez vous me dire votre nom qui sûrement est aussi exquis que votre voix. »
« Shupsaas »
« J’suisAnanas, un nom… original ! Mais vous formez un si beau couple, que ce soit musicalement ou physiquement, vous êtes parfait. Et votre nom beau jeune homme ? »
« Saerud »
« C’estRude ! Aussi… original, mais bref ! C’était parfait ! Et que de beaux costumes vous avez là ! Ce rose Madame est à ravir »
J’suisAnanas devint rougeâtre, presque rose… ha-ha :
« CE N’EST PAS DU TOUT DU ROSE ! C’est Prune de la Comté »
« Excusez mon impertinence chère madame » Reprit Ristaag. « Mais c’est bien rose, attendez voir »

Ristaag prit par le bras un elfe qui passait par là et lui dit :
« Vous confirmez que c’est bien rose ? »
« Euh… je dirai que c’est Prune de… »
Ristaag l’interrompit, lui pinça fort le bras, de telle sorte que l’elfe laissa échapper un petit gémissement.
« Euh… oui… Aïe, ça ne va pas. Aïe. Oui oui bon, bah c’est rose »
Ristaag le poussa loin et repris avec le couple :
« Vous voyez c’est rose ».

Tout à coup, des étincelles apparurent dans les yeux de la femme en rose. Sa voix devint grave et grondante, comme si elle venait d’un autre monde. L’atmosphère se réchauffa et la terre trembla.
« CE N’EST PAS DU TOUT DU ROSE !! C’EST PRUNE DE LA COMTE !!! TU VAS VOIR SI C’EST DU ROSE !!! »

Ristaag prit peur et voulu s’éclipser mais J’SuisAnanas fût plus rapide. Elle envoya une boule de feu. Le nain qui était habillé dans sa tenue du dimanche, sa tunique prit feu, juste à l’endroit voulu par J’suisAnanas. Le nain, sentant une chaleur lui piquait les fesses, se précipita en courant vers la rivière.
« Aaaaah ! Mais elle est folle !!!! »
Il se précipita et plongea dans l’eau. De la vapeur s’échappa à son entrée, il était apaisé. De loin, il vit J’SuisAnanas, toujours dans le même état d’embrasement… ha-ha. Ristaag lui fit des grimaces, mais étrangement la femme sourit.
Le Nain s’inquiétait, qu’est ce qui la fait sourire ?

Mais le courant d’eau s’intensifia, et le drame approchait… Ristaag se pressa de nager en contresens du courant… mais le courant l’entraînait. Depuis Ost Guruth on put entendre un hurlement lointain tout à fait masculin.
Et à l’entrée de Fondcombe, les voyageurs pouvaient admirer une silhouette lointaine tomber des chutes d’eau.
Deux secondes plus tard, ces mêmes voyageurs purent entendre un claquement sec, de loin, ils compatirent aux souffrances de la silhouette.

Ristaag, la tête dans l’eau, le corps flottant, souffrait en silence… Cependant son repos fût vite interrompu.
Siguro qui pêchait non loin de là, prit dans son hameçon le pantalon de Ristaag. A bout de bras, il souleva sa prise… Mais il ne réussit qu’à soulever le pantalon… qui s’arracha…
Gêné par ce… contretemps, Ristaag prit une longue branche de l’arbre pour se cacher des regards des alentours. Il prit ses jambes à son cou.

Cette nuit là, les gardes du Palais de Thorin virent un arbuste rentrait avec précipitation dans les résidences… ils jurèrent de ne plus boire une bière aussi forte.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 31 Aoû - 8:34 par Torby

Bon je me suis arrêté au chapitre 6 pour l'instant mais félicitations, que de rigolade et de bonne humeur pour bien démarrer cette journée. J'ai hate de lire la suite. Signé TonBide le hobbit :p

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 5 Sep - 16:16 par Ristaag

Voici mon retour, les épisodes sont de plus en plus compliqués à écrire du fait que j'amorce un épisode crucial ^^
Amusez vous bien (Shups, Torby... si vous êtes là héhé)

*Bois* Il faut bien commencer par quelque chose, alors buvons ! *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Bois* *Tâte pour trouver une autre bière mais n’en trouve pas* *Il se leva, prit sa chèvre et se mit en route pour la maison hobbite de Siguro*
*Arrivé sur place, il entra sans frapper. Ne retint pas la porte qui claqua.*
*Siguro était en train de dîner, il se leva, prit sa javeline pour se défendre. Dès qu’il vu Ristaag il recommença à manger en haussant les épaules.*
*Ristaag fit comme chez lui, ouvrit le garde manger, prit la bière ou enfin toute la bière. Il repartit et referma la porte avec son pied.*
*Revenu chez lui, il se remit à boire*
*Bois* Ecrivons maintenant !

Je vous laisse de plus en plus sans nouvelles je le sais *Bois*. Mais ne croyez pas que… *Un bruit l’interrompt*… cela doit être mon imagination… ne croyez pas que je vous oublie ! Oh non ! J’ai eu pas mal de choses à faire ces temps-ci.
Comme vous avez pu le constater la menace du Mordor s’étend de plus en plus, la situation devient critique car toutes les forces noires sont presque complètes. *Il regarde le fond de son verre pensif*. J’espère que la quête de Frodon réussira… sinon nous sommes perdus… *Un autre bruit l’interrompt mais cette fois de l’autre côté de la pièce*.
Ristaag fait un roulé-boulé et atterrit pile devant le chandelier, sa bosse lui rappela des souvenirs et il esquiva en se plaquant contre le mur. Il surgit dans la pièce d’à côté et surpris Siguro qui faisait sa gymnastique. Celui-ci, dans un mouvement de défense, projeta sa lance contre le mur… qui emporta quelques morceaux de la barbe de Ristaag.

S’étant rendu compte de la situation, le hobbit sentit une goutte de sueur couler sur son front.
« Hé, hé, hé… euh… Je n’ai pas fait exprès… ? » Dit il avec un grand sourire, embarrassé.
Sentant la colère monter dans sa tête, Ristaag devint rouge tomate, il suivit Siguro, qui tentait de s’échapper discrètement, jusqu’au pied de la porte.
Au même moment, dans les Landes d’Etten. A Lugazag, l’armée noire lançait une offensive contre les soldats du Peuple Libre. C’était une offensive démesurée. En effet, le Peuple Libre était en infériorité excessive, de 1 contre 100. En plus de cela, les orcs entonnaient un chant de guerre pour terrifier ces pauvres soldats. Très certainement, l’offensive deviendra un massacre de Peuples Libres. Et ceci encore plus sûrement vu que les soldats avaient les chocottes.
Mais au moment où l’armée noire allait commencer son massacre, tout le monde entendit un hurlement caractéristique.
« Barud Khazad ! »
Croyant que des renforts Nains arrivaient, les orcs s’enfuirent en premier. Pris par un souvenir douloureux d’un marteau Nain brisant sa patte, le chef de tribu Warg s’enfuit suivi de ses compères. Les Tisseuses s’enfuirent, l’une d’elle se souvenait qu’un Nain en armure lui avait hurlé dessus « Pour Gundabad… » Elle ne comprenait pas le dernier mot mais enfin de compte la hache de ce Nain lui avait percé 4 de ses yeux.
Se sentant revigorés, les soldats prirent l’offensive et tuèrent en éclair les trolls qui restaient.
L’offensive ratée, devint un massacre… au retour à Pied de Gram les offenseurs se replièrent sous les coups de fouet des contremaîtres en criant « Uruk-Hai ishi Lugazag, Uruk-Hai mat-at ».

Mais les renforts Nains ne vinrent pas, ou plutôt le renfort. Il resta planté devant chez lui, se calmant. Après avoir repris son souffle, il se rassit par terre et il recommença à écrire.

Enfin bref, je voulais vous raconter une longue journée…

Je venais de partir de la maison de hobbite, une chope à la main. Je me baladais un peu partout.
Je passais par Grand’Cave, sur la place au milieu… Enfin si on appelle ça une place…
Je voulais me promener dedans en vue d’une promenade avec mon aimé. Je suis allé au centre voir la statue, et là un souvenir réapparut !
J’avais fait une partie de la tournée de la Ligue des Taverne ici, je me souviens…

A ce moment là, le monde tournait autour de Ristaag, il se retrouva dans la place, sans qu’il sache où il était.
Il courut, mais le chemin était tout le temps le même, les mêmes plantes, les mêmes arches, les mêmes lanternes, les mêmes bancs. Tout était identique ! Même les petites fleurs bleues !
Ebloui par tant de similitude et ne sachant plus où aller, il s’évanouit, il se retrouva allongé près de l’Auberge, à côté d’un Frontalier qui avait fait son devoir, c'est-à-dire faire sortir le Nain.
Ristaag se promit que jamais plus, il n’entrera dans ce labyrinthe.

Ensuite je me suis dirigé vers l’Est, je suis passé par un endroit très bruyant, mais j’ai toujours le souvenir des… fêtes hobbites… je n’avais pas envie d’y aller, de peur de tomber sur J’SuisBien ou OhDeLaBière.
Je suis donc allé dans un endroit merveilleux, nommé la Grenouille ou un truc comme ça. Je suis passé devant un hobbit qui m’a paru très intrusif.
« Qu’est ce que tu fais ?? Où tu vas ?? Qu’est ce que tu transportes ?? Ne serait-ce pas de la tourte ?? » Dit-il en fouinant dans mon sac.
Après m’être décollé de ce drôle de hobbit, c'est-à-dire en courant le plus vite possible. Mais comme je me retournais un peu tout le temps, j’ai couru au beau milieu d’une… mare, le hobbit me regardait et je savais pourquoi il souriait.
Je m’enfonçais de plus en plus dans cette boue visqueuse… Beurk !
J’étais dans la boue jusqu’au cou, à partir de là, le fouineur entendu un autre voyageur arriver et il s’en alla en criant « QUI ES TU ?? »

Je suis ressorti de la boue grâce à une corde qu’utilisait une chaîne humaine de hobbite. Bien sûr, ils ont utilisé ma barbe pour tirer, bien sûr ma barbe a été abîmée mais heureusement j’étais trop lassé pour crier. Tout d’un coup, une hobbite me donna une tourte et cria :
« COURS ! »
Je commençai à courir quand un hobbit me prit la tourte, la mangea et hurla :
« J’ai FAIM ! ».

Après avoir quitté cet endroit, je suis parti vers le Nord. Arrivé dans une petite ville appelé Trous de Rats Gris. J’ai demandé un hobbit nommé Rory la pierre de m’indiquer la route. Il me dit :
« Allez vers l’Ouest et vous trouverez votre chemin ».
Je m’y suis du coup dirigé, mais voyant le chemin sinueux je me suis dis que c’était mieux de couper. J’ai pris mon cheval, mais je suis tombé dans l’eau. Mon cheval s’est enfuit et… le courant m’a emporté… et je suis encore tombé… dans une chute d’eau… youhou… !
Depuis Ost Guruth, on entendit un hurlement très masculin.
Un citadin se dit :
« Encore ce cri caractéristique, il faudra recenser l’oiseau inconnu »

Arrivé tout en bas, mon corps sur la rive et la tête dans la boue, un voyageur, un homme souleva ma tête.
« Manger, boi…re. »
Le voyageur laissa la tête sur la boue, dessina une carte à l’aide d’un bâton. Après quelques longues minutes Ristaag releva la tête et vit une flèche menant à :
« Bière et Manger »
Je suis donc allé me rassasier tranquillement.
*Dame Galadriel sourit à cet instant, car elle savait que Ristaag s’était précipité pour manger et boire*
Au stockage de nourriture, Ristaag voulut prendre une tourte mais un elfe la prit et la donna à un hobbit. Celui-là, lui dit :
« Cela manque quelque chose ».
Ristaag alla directement voir le buffet, mais une hobbite en armure légère était déjà en train de manger toute la nourriture. Ristaag prit un muffin qu’elle mangea en une bouchée.
« Excusez moi Madame, comment vous appelez-vous ? »
« Shupslords ».
« Lord Sue » Dit il en pensant qu’elle s’appelait ‘sue’ du verbe ‘suer’.
Il ne resta plus rien des consommations, Ristaag rentra chez lui, prit dans son coffre des muffins de Tonbide. Il commença à boire de la bière, mais exténué de sa journée il s’endormit pendant que la bière se renversait sur son torse et sa bière.





Il se réveilla d’un coup.
« Lapinou »
Il vit J’suisBien lui lécher la bière qui restait sur son torse.
« QUOIII ?? »
Il se réveilla.
« Lapinou »
Il vit OhDeLaBière chercher dans son coffre et prendre tout l’or.
« PAS ENCORE !! »
Il se réveilla.
« Lapinou »
Il vit Siguro partir avec la moitié de son garde manger pendant que Lord je sais plus quoi mangeait l’autre moitié.
« Oh mais TOIII !! »
Il se réveilla.
« Lapinou »
Il vit J’SuisAnanas lui envoyer une boule de feu.
« OH OH !! »
Il se réveilla pour de bon mais il eu encore la vision du feu. Il fit un bond sur place, se prit la poutre de son plafond et se rendormit. Il rêva de lapin.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 5 Sep - 16:29 par shups/Odebert

La petite hobbite qui mangeait tant, shups quelque chose est une guerrière, qui bouffe tout ce qui est sur son passage car partir au combat le ventre vide c est partir sns savoir quand es ce que on mange Very Happy

(Merci pour tes histoires, eelles m éclatent de jours en jours)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 5 Sep - 16:34 par Ristaag

De rien mon petit Smile

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 5 Sep - 20:10 par Jolyfleur

Couu-Couuu ( Rien que pour toi :p )
Me suis arrêtée au chapitre 11 pour l'instant. Même si je n'ai pas forcément eu l'occasion de l'écrire, je tiens à le faire. Continue comme ça, je trouve que tu écris bien ! ( Bon je te cache pas que ça pourrait être mieux, mais ... bref ! ) Éclate toi à écrire surtout, je pense que ça doit être avant tout pour toi que pour nous. Smile
Puis ... Très bonne rigolade en lisant, ça détend hi hi.

A plus dans l'bus :p

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 5 Sep - 23:35 par shups/Odebert

Jolyfleu a écrit:
A plus dans l'bus :p
Vanne nul je cautionne pas, tu sors....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 6 Sep - 8:10 par Jolyfleur

@shups/Odebert a écrit:
@Jolyfleur a écrit:
A plus dans l'bus :p
Vanne nul je cautionne pas, tu sors....

^^

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum